Replâtrage entre L’Union Européenne et le Maroc

ECLAIRAGES/MENARA – La responsable pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, est arrivée vendredi à Rabat pour s’enquérir de l’état des relations Maroc-UE et, surtout, rassurer sur la bonne tenue des accords maroco-européens vis-à-vis du Droit international.

En effet, un certaine frénésie nerveuse s’est emparée de Rabat, surtout depuis la semaine dernière, après la décision rendue par un tribunal  européen déclarant le dernier accord agricole et de pêche maroco-européen comme  »violant la légalité internationale ».

Lors d’un point de presse commun avec le ministère marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, Mme Mogherini a déclaré que l’Union européenne (UE) est convaincue que les accords avec le Maroc ne constituent pas une « violation de la légalité internationale ».

« L’Union européenne reste convaincue que les accords entre le Maroc et l’UE ne constituent pas une violation de la légalité internationale », a dit Mme Mogherini lors d’un point de presse tenu à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, ajoutant que c’est pour cela « un pourvoi en appel a été introduit devant la Cour de justice de l’UE contre l’arrêt du 10 décembre 2015 du tribunal de première instance de l’UE » relatif à l’accord agricole.

La haute représentante de l’UE pour les Affaires extérieures et la politique de sécurité a affirmé être « consciente de l’importance stratégique » que constitue cette question pour le Maroc et l’UE, notant que le conseil européen est « en désaccord » avec l’arrêt du tribunal de première instance de l’UE. Mme Mogherini a affirmé avoir fourni les clarifications et les assurances nécessaires, au cours du dialogue avec les autorités marocaines, ajoutant que l’UE et le Maroc travailleront en véritables partenaires à ce sujet.

Une interaction et un dialogue réguliers, continus et transparents seront mis en place à cette fin, a-t-elle souligné, annonçant que le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération se rendra à Bruxelles avant la fin du mois de mars pour finaliser le contenu de cette interaction avec la partie européenne.

Pour sa part, M. Mezouar a souligné que l’arrêt du Tribunal européen au sujet de l’accord agricole Maroc-UE est « juridiquement erroné » et « politiquement biaisé », notant que « cette décision qui compromet sérieusement la coopération entre le Maroc et l’Union européenne, doit être corrigée«