Le tombeau de Nefertiti fait toujours fantasmer l’Egypte

Le tombeau de Nefertiti, la reine égyptienne à la beauté légendaire, serait sur le point d’être retrouvé… C’est du moins ce que certains chercheurs font miroiter. Ils sont soutenus par les autorités égyptiennes, ravies de faire monter le suspense autour de l’égyptologie, traditionnelle poule aux œufs d’or du pays.

830904-photo-prise-le-29-septembre-2015-du-sarcophage-de-toutankhamon-dans-la-vallee-des-rois-pres-de-louxo

C’est la troisième fois en huit mois, à l’occasion d’une conférence de presse, que la même possibilité de découverte extraordinaire est annoncée. Les conclusions sont pourtant toujours les mêmes : irrégularités de température, échos, radars et infrarouges prouvent l’existence de deux cavités inexplorées dans le fameux tombeau de Toutankhamon, à Louxor, dans la Vallée des Rois. Il y aurait de la matière organique ou du métal à l’intérieur. Mais rien ne dit que ces cavités soient un tombeau, elles pourraient n’être que de simples espaces inutilisés et rebouchés. Il faudra attendre d’accéder à ces espaces vides pour en avoir le cœur net. Et cela prendra du temps car les parois, recouvertes de magnifiques peintures, sont très fragiles.

Enthousiasme facile

L’hypothèse de chambres funéraires secrètes cachées dans la tombe de Toutankhamon a été avancée par l’équipe de l’égyptologue britannique Nicholas Reeves, au vu des scans effectués il y a quelques années pour produire une réplique du tombeau de Toutankhamon. Comme la grotte de Lascaux, le tombeau souffrait des visites. C’est dorénavant une copie qui reçoit les curieux. Mais Nicholas Reeves a l’enthousiasme facile : «Il avait déjà proposé une tombe inconnue à partir d’imagerie radar, au sud-est de la tombe de Toutankhamon en 2006. Après des sondages, cette tombe s’est révélée en fait être simplement une cavité naturelle», rappelle Marc Gabolde, égyptologue français de l’université de Montpellier et spécialiste de la période.

Peu de spécialistes pensent que le tombeau de Nefertiti pourrait réellement se trouver dans celui de Toutankhamon. Si dépouille il y a, ce serait plus vraisemblablement celle d’un membre de moindre importance de la famille royale. Monica Hanna, une archéologue égyptienne, veut croire à la bonne foi des archéologues impliqués et explique qu’ils gonflent peut-être leurs espoirs pour obtenir le précieux sésame des autorisations de fouille.

La période enflamme les imaginations, car, bien que brève (une vingtaine d’années) elle tourne autour d’Akhenaton, un roi qui a imposé le culte d’un dieu unique, Aton. Le polythéisme et le culte d’Amon ont rapidement repris le dessus et les pharaons ultérieurs ont tenté d’effacer cette période de l’histoire. La mort de Toutankhamon, fils d’Akhenaton, est encore enrobée de mystère, et l’identité du pharaon ou reine-pharaon qui est monté sur le trône entre Akhenaton et Toutankhamon est encore inconnue. Ce pourrait être la belle Nefertiti. L’ hypothèse est populaire parmi les chercheurs anglophones – chez les Français et Allemands, on penche plutôt pour la demi-sœur de Toutankhamon, Meryaton, selon Marc Gabolde.

Rancoeurs

Les trésors et les mystères de l’époque pharaonique sont encore à l’origine d’intrigues pour l’Egypte contemporaine, entre intérêts financiers et jalousies. L’égyptomanie a pu être un vrai secteur économique, entre les revenus du tourisme, ceux des expositions temporaires lors du prêt d’œuvres d’art aux musées étrangers, ou des royalties demandées aux médias pour l’autorisation de filmer les sites.

De vieilles rancœurs viennent aussi polluer le débat scientifique. Zahi Hawass, spécialiste international autoproclamé de l’égyptologie, qui a régné sans partage sur le domaine pendant des années en tant que ministre des Antiquités, et qui a réussi à échapper à une condamnation pour corruption dans l’attribution des autorisations de tournage au National Geographic, a une dent contre Reeves, celui-ci étant lié au National Geographic. Dans un article publié dans un journal égyptien, Zahi Hawass l’accuse de vol intellectuel (Hawass aurait été le premier à parler de l’existence d’une chambre secrète) et fait des sous-entendus sur sa participation au trafic des antiquités.

Slate