Le Maroc ne permettra jamais qu’on viole sa souveraineté

Mezouar-Conférence_240316

Le Maroc ne permettra jamais qu’on porte atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, dénonçant les tentatives préméditées visant à dévier le processus politique de règlement du différend régional sur le Sahara marocain tel qu’établi par le Conseil de Sécurité.

Le rôle du secrétaire général des Nations Unies n’est pas d’attiser les tensions mais d’observer la neutralité et ne pas menacer la sécurité de toute une région, a indiqué M. Mezouar en réponse aux questions des journalistes lors de la conférence de presse tenue au siège du ministère suite à une réunion avec les secrétaires généraux des partis politiques et des syndicats.

Les dérapages et provocations du secrétaire général des Nations Unies, lors de sa dernière visite dans la région, dénotent d’une tentative préméditée d’imposer une nouvelle réalité et de passer outre l’initiative marocaine d’autonomie, hautement saluée par la communauté internationale en tant qu’initiative crédible et sérieuse pour le règlement du différend régional sur le Sahara, a fait savoir M. Mezouar.

Les pays influents au sein de la communauté internationale sont conscients que l’initiative marocaine d’autonomie est à même de préserver la sécurité et la stabilité de la région, a dit le ministre, mettant en garde contre toute tentative de déstabilisation de la région en donnant du crédit à une entité fantoche.

La réaction forte et ferme du Maroc a perturbé le secrétariat général de l’ONU, qui tente par tous les moyens d’influencer le Conseil de Sécurité et détourner les regards sur les graves dépassements et dérapages qu’il a commis à l’encontre du Maroc, a-t-il indiqué.

Le Maroc est soutenu par plusieurs pays amis influents qui ont salué sa réaction face à ces graves dérapages, renforçant ainsi la mobilisation populaire, a dit le ministre.

Le malentendu n’est pas avec le Conseil de sécurité, comme tente de le faire croire le secrétariat général de l’ONU, mais il fait suite aux graves dérapages et déclarations menaçant la sécurité et la stabilité régionale et qui sortent du cadre et des dispositions régissant l’action du secrétariat général de l’ONU, a relevé M. Mezouar, saluant, à cet égard, l’attitude sage et responsable du Conseil de Sécurité dans cette affaire.

Medi1 TV