L’accord secret entre Alger et Aqmi contre le Maroc

WIKILEAKS – Un accord secret a-t-il été conclu entre le pouvoir algérien et le terroriste Belmokhtar pour « attaquer des intérêts marocains au Sahara occidental »? C’est ce qui ressort d’un e-mail reçu en janvier 2013 par l’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et révélé par Wikileaks le 16 mars 2016.

GTY_hillary_clinton_2_jt_150315_16x9_992

Le message, qui fait partie des 30.322 câbles diplomatiques présents sur le serveur privé d’Hillary Clinton et datant de la période 2010-2014, s’inscrit dans le contexte de la prise d’otages de Tiguentourine près d’In Amenas en Algérie par le groupe terroriste « Les Signataires par le sang », dirigé alors par le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar.

Intitulé « derniers rapports du renseignement français sur la crise des otages algériens », il a été envoyé le 17 janvier 2013, soit le lendemain du début de la prise d’otages, à Hillary Clinton par Sidney Blumenthal, ancien assistant et conseiller spécial du président Bill Clinton, et ex éditorialiste du New Yorker, du Washington Post et de New Republic, que l’on dit proche de l’ancienne secrétaire d’État américaine.

« Selon des sources ayant accès à la DGSE algérienne, le gouvernement de Bouteflika a conclu une entente très secrète avec Belmokhtar après le kidnapping en avril 2012 du consul algérien à Gao (Mali). En vertu de cet accord, Belmokhtar a concentré ses opérations au Mali et, occasionnellement, avec les encouragements de la DGSE algérienne, attaqué les intérêts marocains au Sahara occidental où les Algériens ont des revendications territoriales », peut-on lire.

Dans ce même mail, qui revient également sur le parcours du terroriste Mokhtar Belmokhtar et ses activités de contrebande, Sidney Blumenthal fait une autre révélation surprenante: « Le gouvernement mauritanien, encouragé par le Maroc, a tenté de négocier un règlement avec Belmokhtar qui aurait permis à ses disciples de réintégrer la société. Ces négociations ont cependant été rompues durant l’été 2010 et le groupe Belmokhtar a poursuivi son soutien opérationnel à AQMI dans la région ».

Le même câble revient enfin sur les objectifs du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dans la région, à savoir de déstabiliser les gouvernements du Mali, de la Mauritanie, du Maroc et de l’Algérie. « À cet égard, ils agissent pour coordonner ces groupes rebelles/terroristes souvent disparates. L’attaque de Belmokhtar sur l’installation BP semble avoir été faite à la demande d’AQMI en appui aux rebelles du Mali ».

Al Huffington Post Maroc