CHRONIQUES ET DIGRESSIONS DANS LE TEMPS

Gauche de nos amours, où es-tu ?

François Hollande était l’invité vendredi de l’émission «Le téléphone sonne», sur France Inter. Il a longtemps cherché sa réponse à la plus directe des questions, face à l’insistance du journaliste. Je ne suis plus de gauche, aurait-il dû conclure, pour la bonne intelligence. Pour la vérité, pour être conséquent avec lui-même.

Lire la suite…

 

Seuil électoral de nos faiblesses !

Le seuil électoral est généralement fixé pour éviter que des partis trublions – dont la base/structures est constituée du Chef, de sa petite famille et amis convaincus – gangrènent le politique. Il protège la représentation nationale au parlement de sombrer dans la quête de l’intérêt subjectif et des avantages irraisonnés liés au statut ‘’d’élu de la nation’’.

Lire la suite…

 

Le 20 février prochain, une fronde contre le PJD ?

Une fronde contre le PJD ? C’est ce qui semble se préparer le samedi 20 février prochain, qui risque d’être très chaud au Maroc. Pas en température Celsius, mais en effervescence oratoire et militante…

Lire la suite…

 

Le Maroc électoral en marche

Le Maroc semble engagé dans une campagne électorale précoce, à plus de sept mois des législatives prévues pour le 7 octobre 2016. C’est en tous les cas ce qui se dessine derrière les déclarations, aussi contradictoires que rocambolesques, des dirigeants des principaux partis politiques marocains ce dernier week-end…

Lire la suite…

 

Impairs de la transition politique

A quelques deux mois et demi des élections législatives du 28 septembre 2002, quelles sont les questions brûlantes qui perturbent l’arrivée à cette échéance dont tout l’échiquier politique national s’accorde à souligner l’importance et l’acuité ? Car, en définitive, n’était-il pas à l’ordre du jour de cette transition, conduite par un gouvernement de large coalition supposée…

Lire la suite…

 

Alliances opportunistes

La perspective des élections législatives prévues pour septembre 2002 est plus qu’inquiétante. Pour l’Etat comme pour les partis politiques traditionnels. Il est aujourd’hui clair, en effet, que le politique au Maroc souffre d’un déficit chronique de crédibilité. La classe politique actuelle n’apporte rien à la pensée et à la réflexion autant sur le plan de la théorie que de l’espace, des espaces en fait, citoyen…

Lire la suite…

 

Le spectre du passé

Le Maroc vit son présent avec le regard toujours tourné en arrière. Comme par fatalité, tout ce qui se fait aujourd’hui ne vaut que par son rapport à hier. Le passé est là, constant. Pesant. Par ses manies et ses élans tortueux. Le marocain actuel, parce qu’il a souffert dans sa peau le passage rapide d’une époque à une autre, reste méfiant, voire culpabilisateur…

 

Lire la suite…

Islam et manipulation

La résurgence de l’islamisme politique marocain, à l’instar de ce qui se passe dans le monde arabo-musulman, coïncide avec l’étape historique de questionnement qui s’est imposée à la société occidentale, tant sur le fond du devenir social de l’État moderne, qu’au niveau de la relation de l’individu-citoyen aux croyances individuelles et collectives qui animent le corps social occidental…

Lire la suite…

 

Voter, pourquoi faire ?

’ N’est-il pas exact que, au moment précis où le bulletin est introduit dans l’urne, l’électeur transfère dans d’autres mains, sans autre contrepartie que des promesses entendues pendant la campagne électorale, la parcelle de pouvoir politique qu’il possédait jusqu’alors en tant que membre de la communauté de citoyens ?’’

Lire la suite…

 

Code de la Presse et normalisation

Avec l’entrée en vigueur du nouveau Code de la presse, il est attendu que le journaliste marocain revoie ces méthodes de travail et, surtout, son rapport à l’information. Car, de toute évidence, la profession a fait preuve de largesses inadmissibles par le passé, lointain et récent. Aujourd’hui, l’Etat de Droit que l’on oppose trop facilement à autrui s’impose à tous, y compris la presse, qui n’est ni plus ni moins lotie dans le cadre de la citoyenneté active voulue et recherchée par le Maroc du 3è millénaire…

Lire la suite…

 

Liberté mon amour

Le Maroc a une histoire tortueuse avec la liberté politique. Celle-ci suppose liberté d’opinion, d’expression, de manifestation et de croyance. En effet, dès les années soixante cinq  du siècle passé du temps national, la question de la liberté a été posée de manière passionnée et passionnelle. Elle présupposait en effet un gouvernement démocratique et un exercice politique où peuvent s’exprimer librement toutes les tendances. Parcours sinueux mais combien porteur…

Lire la suite…

 

Le pacte grinçant

Après l’Etat autoritaire, l’Etat quasi-providence, l’Etat charité, l’Etat inutile, voici venu le temps de l’Etat moralisateur. Depuis quelques semaines, en effet, les fonctionnaires marocains sont invités à signer et à s’obliger à exécuter un ‘’Pacte de bonne conduite’’. Or, bien que l’idée soit louable en elle-même, cette initiative pose en fait le double problème…

Lire la suite…

 

Le Marocain, un terroriste international ?

Le 16 mai prochain 2004, le Maroc commémorera le triste et sanglant premier anniversaire des attentats, criminels et lâches, qui ont brisé la quiétude de Casablanca et, dans la foulée, la tranquillité de tous les Marocains. Dans le sillage de cette commémoration, Tout le pays s’interroge sur les vraies motivations de ces hordes qui ont essaimé jusqu’à agir au-delà du territoire national…

Lire la suite…

 

Préférences

Dans les recoins, Ô combien nombreux ( !) du cerveau humain, les cases sont classées selon le degré d’intelligence des individus. C’est ainsi que les hommes (dont les femmes bien entendu) sont répertoriés idiots, simples d’esprit, attardés mentaux ou tout simplement bébêtes à mourir, selon le cas d’espèces en vedette à un moment historique donné…

Lire la suite…

 

Doute pluriel

Sans sécurité économique, le politique vit en constante turbulence. Or, qui dit sécurité suppose une stabilité aux plans normatif, institutionnel et pratique. Ce qui se passe dans le Maroc d’aujourd’hui peut être intégré dans tous les moules sauf celui inhérent à la quiétude normative, institutionnelle et pratique…

Lire la suite…

 

Les auxiliaires du cabinet royal

Lorsque le Chef de l’Etat délègue à un Conseiller la mission de suivre, de coiffer ou de conduire un dossier, il est entendu que ce dernier agit dans le cadre d’une mission bien claire qui ne doit, en aucun cas, aliéner le travail gouvernemental, et encore moins entrer en conflit avec la politique du gouvernement telle que celle-ci a été avalisée par le parlement…

Lire la suite…

 

La politique par les cornes

Quand M. Driss Jettou vous parle, on se sent obligé de s’avouer que l’Homme est convaincu. Il sait ce qu’il veut et comment y arriver. Tant mieux, pour lui-même, son gouvernement et, surtout, pour le Maroc, qui a besoin d’un Premier ministre dirigeant, et non cet éternel exécutant par qui rien de courageux n’arrive…

Lire la suite…

 

Partis politiques et logos, la galère…

2009 est à nos portes. Politiquement, ce sera l’année des élections communales. Nos partis politiques devraient en prendre la mesure, bien que l’on ne s’attend vraiment à rien de révolutionnaire de leur part, tant ils s’embrouillent, incapables de se mettre en question et de revoir leurs approches de la vie marocaine…

Lire la suite…