L’intelligence artificielle parmi nous… demain

L’intelligence artificielle domine les séries télé les plus célèbres et les plus impactantes sur notre façon de voir le devenir humain. Elle sera parmi nous et gérera toutes nos recherches sur Internet bientôt selon Google. Cela éclaire nos esprits mais, en même temps, fait peur. L’être humain sera-t-il servi ou dominé par elle ? Les avis des maîtres de la toile sont partagés entre sceptiques et optimistes, tant cette  »intrusion » de l’intelligence artificielle dans la gestion de notre quotidien pose plus de questions qu’elle ne révèle de certitudes.

Nous n’en sommes qu’au tout début des transformations technologiques de notre monde, assure Sundar Pichai, PDG de Google, dans la lettre annuelle des fondateurs d’Alphabet (maison mère de Google). Il revient sur la victoire du programme AlphaGo sur un champion de jeu de go  :

«  Les implications de cette victoire changent littéralement le jeu – et le gagnant ultime c’est l’humanité. C’est une autre pas important vers la création d’une intelligence artificielle qui peut nous aider en tout, de la réalisation de nos tâches quotidiennes et de nos voyages à l’affrontement de plus grands défis comme le changement climatique et le diagnostic du cancer.  »

Sundar Pichai ne partage manifestement pas les angoisses de Bill Gates, Elon Musk (Tesla) ou de l’astrophysicien Stephen Hawking devant les risques d’une intelligence artificielle demain trop puissante.

Un assistant tout au long de la journée

Sundar Pichai rappelle que :

« Quand Larry [Page] et Sergey [Brin] ont fondé Google en 1998, il y avait environ 300 millions de gens en ligne. Dans l’ensemble, ils étaient dans un fauteuil, se connectaient à un ordinateur de bureau et tapaient leurs recherches sur un gros clavier relié à un gros écran. Aujourd’hui, le nombre est passé à environ 3 milliards de gens, dont beaucoup cherchent de l’information sur des petits appareils qu’ils emportent avec eux où qu’ils aillent.  »

Cette évolution rend selon lui «  encore plus importante  » la mission que s’assignait Google en 1998, «  organiser l’information du monde et la rendre universellement accessible et utile  ». «  Vous aider à trouver les informations dont vous avez besoin au fil de la journée va bien au-delà de la classique recherche.  »

Un grand saut selon lui sera l’effacement des appareils au profit d’une IA omniprésente :

« En regardant l’avenir, la prochaine grande étape sera que le concept même “d’appareil” s’effacera. Au fil du temps, l’ordinateur lui-même – quelle que soit sa forme – deviendra un assistant intelligent qui vous aidera tout au long de votre journée. Nous irons d’un monde centré sur le mobile à un monde centré sur l’intelligence artificielle.  »

100 millions d’utilisateurs de Google Photos

Sundar Pichai donne en exemple les infos de contexte quand on utilise Google Maps (itinéraire, mais aussi trafic et conseils pour éviter des embouteillages, magasins, choses à voir…), ou encore l’explosion du nombre de photos :

«  Collectivement, les gens prendront 1 000 milliards de photos cette année avec leurs appareils. Alors nous avons lancé Google Photos pour rendre plus facile aux gens d’organiser leurs photos et vidéos, de les garder en sécurité et de pouvoir les trouver quand ils veulent, sur n’importe quel appareil qu’ils utilisent. [Google] Photos a été lancé il y a moins d’un an, et compte déjà plus de 100 millions d’utilisateurs actifs par mois.  »

Toutes les recherches devront devenir plus fluides ; Google ambitionne de développer :

« Une assistance qui comprend votre contexte, votre situation et vos besoins – tout cela en respectant votre vie privée et en protégeant vos données. Le parent moyen a d’autres besoins que l’étudiant moyen. De même, un utilisateur veut une autre aide quand il est en voiture que quand il est dans son salon. L’aide intelligente devra comprendre toutes ces choses et aider au bon moment, de la bonne façon.  »

Thierry Noisette , Rue89

Publicités