La France mène-t-elle une guerre secrète en Libye ?

Des révélations qui mettent à mal le secret défense français

Le journal Le Monde révèle que la France mènerait des actions secrètes en Libye. Ces opérations des forces spéciales et clandestines viseraient à empêcher l’expansion de Daech dans ce pays ravagé par la guerre civile. Le tout, sans mandat de l’ONU ni débat parlementaire.

ECLAIRAGES propose ici l’émission-débat diffusée par ARTE dans la nuit du jeudi 25 février 2016 avec, comme invités, le général Vincent Desportes, professeur de stratégie à Sciences Po, Mansouria Mokhefi, conseillère spéciale pour le monde arabe à l’IFRI et Béligh Nabli, directeur de recherche à l’IRIS.

Ces informations posent la question, d’une part, de la stratégie choisie par François Hollande, alors qu’officiellement, il n’est pas question de s’engager dans la guerre en Libye. D’autre part, du secret-défense, pour le moins mis à mal. Le ministre de la Défense a d’ailleurs ordonné une enquête pour «compromission du secret de la défense nationale».

Pour en débattre, ARTE a invité le général Vincent Desportes, professeur de stratégie à Sciences Po, Mansouria Mokhefi, conseillère spéciale pour le monde arabe à l’IFRI et Béligh Nabli, directeur de recherche à l’IRIS.

Visionner l’émission

Photo à la une ARTE.


 La France mène des opérations secrètes en Libye

La France procède en Libye à des frappes ponctuelles très ciblées, préparées par des actions discrètes voire secrètes. Face à la menace de l’organisation Etat islamique (EI), la ligne fixée par le président François Hollande repose, pour l’heure, sur des actions militaires non officielles. Elles s’appuient sur des forces spéciales – leur présence, dont Le Monde a eu connaissance, a été repérée dans l’est de la Libye depuis mi-février par des blogueurs spécialisés.

Ce n’est pas tout. Plusieurs sources ont indiqué au Monde que la lutte contre les terroristes pouvait couvrir des opérations clandestines, menées par le service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Les premières engagent la France car leurs soldats, même très discrets, agissent sous l’uniforme. Les secondes sont aussi assurées par des militaires mais restent invisibles.

Ces deux composantes sont considérées, dans la doctrine militaire, comme des « précurseurs », en l’absence de cadre disponible pour une guerre ouverte. Ces moyens, dits d’« ouverture de théâtre », ne préjugent toutefois pas d’une future opération en bonne et due forme. Un haut responsable de la défense française indique toutefois au Monde : « La dernière chose à faire serait d’intervenir en Libye. Il faut éviter tout engagement militaire ouvert, il faut agir discrètement. »

Frapper l’encadrement de l’EI

En Libye, l’objectif n’est pas de gagner une guerre mais de frapper l’encadrement de l’EI, dans l’idée de freiner sa montée en puissance. Une action menée de concert par Washington, Londres et Paris, comme l’a de nouveau illustré le raid américain du 19 février contre un cadre tunisien de l’EI à Sabratha, une ville de l’Ouest libyen située à une soixantaine de kilomètres de Tripoli.

Lire aussi :   Les Etats-Unis veulent endiguer l’Etat islamique en Libye

Considéré comme le plus haut responsable de l’EI en Libye, l’Irakien Abou Nabil avait, lui, été tué à Derna, en novembre 2015, par un bombardement similaire. Selon les informations du Monde, cette frappe a été initiée par Paris.

 

 

Publicités