ÉCONOMIE MONDIALE: L’OCDE ALARMISTE

L’obtention d’une forte croissance de l’économie mondiale reste encore hors de portée.

OCDE, 18/02/2016 – Compte tenu de la reprise modeste des économies avancées et du ralentissement de l’activité dans les économies de marché émergentes, selon les dernières Perspectives économiques intermédiaires de l’OCDE, la croissance de l’économie mondiale ne sera probablement pas plus rapide en 2016 qu’en 2015, où elle avait atteint son plus bas niveau depuis cinq ans. Les échanges et l’investissement sont faibles. L’atonie de la demande se traduit par une inflation basse et une progression inadéquate des salaires et de l’emploi.

tableau économie par grand pays

L’OCDE a revu en baisse ses prévisions pour l’économie mondiale, pas seulement cette fois du fait des pays émergents, et appelé à une « réponse collective » qui allie politique monétaire accommodante, réformes structurelles et recours à l’arme budgétaire là où c’est possible pour relancer la demande.

 

Dans ses prévisions économiques intérimaires, l’Organisation de coopération et de développement économiques s’inquiète en outre des risques « substantiels » d’instabilité financière au vu des turbulences qui se sont emparées des marchés et, dans ce contexte, de la grande vulnérabilité de certains pays émergents.

Révision générale à la baisse

Quelques semaines après le FMI qui envisageait un risque de « déraillement » de l’économie mondiale, c’est au tour de l’Organisation de coopération et de développement économiques de tirer la sonnette d’alarme.

«Il est urgent de soutenir collectivement la demande», explique Catherine Mann, la chef économiste de l’OCDE dans une interview aux «Echos» (site web français). « La politique monétaire est déjà très accommodante. Il faut maintenant des réformes fiscales et structurelles qui soient déployées pour lui venir en appui. Les trois instruments doivent être déployés ensemble si on veut que cela fonctionne ».

L’institution vient de réviser quasiment toutes ses prévisions de croissance à la baisse. Seules celles pour la Chine, cette année, sont maintenues à 6,5 %, et l’Inde est le seul pays à voir sa croissance progresser, de 7,3 % à 7,4 %. Désormais la croissance mondiale ne dépassera pas, en 2016, le niveau de 2015, soit 3 % (contre 3,3 % précédemment envisagés).

 

 

Publicités