Au fait, qui était saint Valentin?

Au-delà de l’amour, un évêque décapité pour avoir aimé ceux qui aiment

Le 14 février l’amour est en fête. Mais qui de celles et de ceux qui offrent cadeaux et beaux sentiments à leurs compagnons/campagnes, connaissent ce que cela symbolise ? Peu de monde en fait. Et, pour rester généreux comme l’occasion qui est fêtée, 95% des gens ignorent à qui l’amour emprunte ce bel attrait.

Au-delà de sa portée commerciale certaine, la Saint-Valentin est, certes, la fête de l’amour mais l’évocation de cet homme d’église mort décapité, après sa condamnation à mort par le préfet de Rome, qui ne pardonna pas à Saint-Valentin, évêque de sa destinée, d’avoir remplacé le sacrement païen par la cérémonie de mariage chrétienne.

Fatma-Pia Hotait in Slate – Premier évêque de la ville de Terni, en Italie, il a pris sur lui de défendre du couple et de l’amour, ce qui lui ,a valu le titre de ‘’protecteur des amoureux’’ et de l’amour en général.

La Saint-Valentin, fête des amoureux? Oui, mais pas seulement. Saint Valentin est avant tout un homme mort pour l’Église, reconnu comme protecteur des couples. La première officielle existante concernant saint Valentin date du Ve siècle selon Santiebeati.it, un site qui compile les histoires des saints du calendrier grégorien. Valentin, né à Terni (Ombrie, Italie), a eu une fin douloureuse. Torture et décapitation nocturne: le patron de l’amour est considéré comme martyr pour l’Église.

Il devient premier évêque de la ville de Terni en 197, lors de l’investiture du pape Félicien. À cette époque, la foi chrétienne se diffuse et l’Église veut remplacer les rites païens. Selon Santiebeati.it, il existe plusieurs versions quant à ce qui a valu à Saint Valentin le titre de protecteur des amoureux, ou de l’amour en général. On peut en retenir deux principales:

  • La première tradition rapporte que Valentin a célébré le premier mariage entre une chrétienne, Serapia, et un légionnaire romain, Sabin. La famille du jeune refusa qu’il épouse une femme non païenne et les deux amoureux demandèrent de l’aide à Valentin, alors évêque. Le fait qu’il bénisse leur union leur permit de mourir mariés et heureux.
  • Une autre légende dit que saint Valentin a entendu deux jeunes amoureux se disputer. Pour les calmer, il leur offrit une rose. Il leur demanda de se réconcilier en tenant la tige de la rose ensemble. L’histoire dit que, depuis, tous les couples suivirent leur exemple.

Mise à mort

Il meurt le 14 février de l’an 273, condamné à mort par le préfet romain Placido Furio, pour avoir remplacé le sacrement païen des Lupercales par la cérémonie de mariage chrétienne.

Les Lupercales étaient des cérémonies célébrées dans la Rome antique par les Luperques, des prêtres romains. Elles étaient dédiées au dieu Faunus, fils de Saturne. Dans la mythologie romaine, Faunus était protecteur des troupeaux. Il leur accordait la fécondité, ce qui leur permettait de survivre malgré la présence de loups –d’où le nom de Lupercus, du latin lupus (le loup).

Ces festivités se déroulaient du 13 au 15 février au pied du mont Palatin, l’une des sept collines de Rome. Cette date précédait la nouvelle année romaine, le 1er mars. Au cours de ces trois jours, femmes et hommes plaçaient leurs noms dans des urnes. Un enfant piochait des paires, et les couples étaient ainsi formés. Ovide narre le déroulement de ces festivités dans Fastes.

Pour avoir voulu remplacer cette tradition païenne par la cérémonie religieuse chrétienne, saint Valentin a été tué. Aujourd’hui, dans la ville italienne de Terni, de laquelle il est le patron, des festivités sont organisées chaque année au mois de février par la «Fondazione San Valentino».

Une basilique portant le nom du saint avait été construite de son vivant mais a été détruite à plusieurs reprises. Elle a été reconstruite en 1618 telle que nous la connaissons. Chaque année, des couples se rendent à Terni pour se marier dans cette basilique pour avoir la bénédiction de saint Valentin. Mieux que Roméo et Juliette, ils sont les Sabin et Serapia des temps modernes.

Publicités