Laurent & Graciet en tenailles

Najib BENSBIA et compilation Le 360, l’Express, Tel quel et Paris-Match

L’affaire  »Le Maroc contre les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet » connaît un nouvel épisode bien alléchant. En effet, la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris a rendu, le 26 janvier, sa décision concernant la validité des enregistrements audio soumis par l’avocat du roi Mohammed VI, Hicham Naciri, à la justice française.

Ces enregistrements ont été pris lors des rencontres entre M. Naciri et les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet les 21 et 27 août 2015. Ils révèlent la teneur de la conversation fumant le chantage à plein nez des deux journalistes à l’encontre du roi du Maroc. Les avocats de Laurent et Graciet avaient déposé, le 15 décembre 2015, une requête en nullité desdits enregistrements, qui a été rejetée ce mardi 26 janvier par la Cour d’appel de Paris.L’un des avocats du Maroc, Me Moretti, avait affirmé en son temps que tous les éléments à charge contre les  »présumés racketeurs » ont été obtenus d’une manière légale et en coordination avec les autorités françaises. Il a affirmé, dans une déclaration aux médias, que «le contrat signé par les deux mis en cause pour la non-publication de leur livre en contrepartie de la somme convenue est un acte notarié, accompli sous surveillance du Parquet de Paris. A cela s’ajoutent les conversations téléphoniques entre Eric Laurent et le responsable du cabinet royal, conversations qui enfoncent le journaliste».

Eric Laurent et Catherine Graciet
Catherine Graciet & Eric Laurent

Il est à rappeler que deux journalistes français, Eric Laurent et Catherine Graciet, accusés d’avoir fait chanter Mohammed VI, ont été arrêtés à Paris le 28 août 2015. Ils sont accusés d’avoir proposé 3 millions d’euros contre la non-publication de leur  »livre-enquête à charge ». Les deux journalistes français ont été poursuivis pour allégation de chantage contre le royaume du Maroc et ont été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi 28 août 2015. Arrêtés jeudi à Paris, Eric Laurent et Catherine Graciet sont poursuivis pour «chantage» et «extorsion de fonds» et ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire

Le Journal Du Dimanche du 30 août 2015 avait retranscrit l’échange censé avoir eu lieu entre Eric Laurent et l’avocat du royaume sur cette affaire, que ce dernier a enregistré, notamment cet extrait :

« Vous voulez quoi ? demande l’avocat..

-Je veux trois…

-Trois quoi, trois mille ?, interroge l’avocat…

-Non, trois millions…

-Trois millions de dirhams ?

-Non, trois millions d’euros. »

Cette affaire avait défrayé à l’époque la chronique médiatique, notamment en France, où toute la presse pratiquement a versé dans le suspense fiction/réalité comme polar estival de l’été 2015.

Bizarrement cependant, certains articles ont par enchantement disparu des archives de certains médias. Entre autres évaporations, on citera l’article publié le 9 septembre 2015 par le site de l’importantissime journal Le monde (lemonde.fr) titré alors  »Journalistes soupçonnés de chantage : une aubaine pour le régime  ». Cet article n’est plus accessible sur aucun navigateur (Google, Safari ou Explorer), qui ne l’ont pourtant pas effacé de leurs moteurs de recherche.

Ah l’information, quand tu ne sers plus nos intérêts !

Publicités