MERCI L’ETAT !

Comme pour bien d’autres domaines, les partis politiques marocains arrivent à subsister grâce aux subventions que leur alloue l’Etat. La subvention publique fait vivre, en effet, les ‘’grands’’ comme les petits du système partisan national.

Najib BENSBIA
Par Najib BENSBIA    & Medias24.com

C’est ce que confirme le dernier rapport de la Cour des comptes, qui souligne, entre autres gourmandises, que les 3 grands partis politiques perçoivent une subvention qui dépasse, parfois de loin, leurs fonds propres.

Ainsi en est-il du Parti Justice et Développement (PJD – parti dirigeant la majorité actuelle), qui est financé à hauteur de 55% de ses dépenses (soit 22,7 millions de dirhams), du Parti de l’Istiqlal, avec 61% de son budget en provenance des fonds de l’Etat (11,7 millions de dirhams) et du PAM (principal parti d’opposition), qui reçoit 73% de son budget des fonds publics (8,5 millions de dirhams) !

Un seul parti arrive à mobiliser plus de moyens financiers qu’il n’en reçoit, l’Union Constitutionnelle (UC), dont le budget propre couvre 64% de ses besoins, contre 36% seulement lui provenant au titre de subvention publique.

Plus des 2/3 des budgets partisans proviennent de l’Etat

Les autres partis politiques sont financés à 100% ou à une marge dépassant les 2/3 de leur budget : PPS (74%), RNI (81%), USFP (89%), le reste étant financé à 100% environ par le Trésor public.

Si l’on calcule le total des subventions accordées par le Trésor public aux partis marocains, il ressort que l’Etat a déboursé en 2014 quelques 64 millions de dirhams, sur les 80 MM DH prévus au titre de la loi de finances de la même année.

La subvention, un habitus à révoquer

Certes, les partis politiques qui ont droit aux subventions de l’Etat sont ceux qui ont obtenu 5% des voix au moins sur l’ensemble des voix exprimées lors des élections. Cet état de fait est on ne peut plus aberrant, lorsque l’on sait que, partout dans le monde, les partis politiques comptent surtout sur leurs fonds propres. D’ailleurs, partout ailleurs, les partis politiques vivent de manière fondamentale sur les fonds qu’ils lèvent plutôt que des subventions publiques.

Il est à noter que 88% des subventions allouées par l’Etat vont à 8 partis : PJD, PI, PAM, PPS, USFP, RNI, UC et MP.

Cet ‘’habitus’’, installé par le roi Hassan II, continue de grever le budget de l’Etat. Ce qui n’est plus justifié aujourd’hui, sachant que les partis politiques peuvent – ils le doivent – trouver des ressources financières privées de manière plus facile et plus aisée que lors des années 1970-2000 du temps marocain.

Et l’on ose croire, au sein de tout notre système partisan, que les partis politiques peuvent gérer le budget de la Nation mieux que l’Etat. Bein voyons !

NB et Medias24

Publicités